Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Caryl Férey Edition poche Edition originale note Caryl FÉREY

Zulu


Edition originale : Gallimard / Série Noire - Avril 2008
Rééditions :
Dernière édition poche : Folio Policier - Avril 2010
Autres éditions :


Le début…


Les dix premières lignes…

— Tu as peur, petit homme ?... Dis : tu as peur ?
Ali ne répondait pas — trop de vipères dans la bouche.
— Tu vois ce qui arrive, petit Zoulou ? Tu vois ?!
Non, il ne voyait rien. Ils l’avaient saisi par la racine des cheveux et tiré devant l’arbre du jardin pour le forcer à regarder. Ali, buté, rentrait la tête dans les épaules. Les mots du géant cagoulé lui mordaient la nuque. Il ne voulait pas relever les yeux. Ni crier. Le bruit des torches crépitait à ses oreilles. L’homme serra son scalp dans sa main calleuse :
— Tu vois, petit Zoulou ?
Le corps se balançait, chiffe molle, à la branche du jacaranda. Le torse luisait faiblement sous la lune, mais Ali ne reconnaissait pas le visage : cet homme pendu par les pieds, ce sourire sanglant au-dessus de lui, ce n’était pas celui de son père. Non, ce n’était pas lui.
Pas tout à fait.
Plus vraiment (…)

La fin…


Quatrième de couverture…

Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l’Inkatha, en guerre contre l’ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu’elles lui ont fait… Aujourd’hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l’Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d’Afrique, bat tous les records.
Les choses s’enveniment lorsqu’on retrouve la fille d’un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l’agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds… Si l’apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l’ombre de la réconciliation nationale…


Un avis personnel…


par MacOliver, le 06 juin 2008

La lecture de ce livre m’a tellement ému, transporté, ballotté, remué, lessivé, ravi, réjoui (rayez la mention inutile) que j’ai décidé de ne pas trop mettre en avant d’arguments techniques ou d’éléments de l’intrigue. Je vais juste essayer de vous donner envie de courir chercher le livre et de vous y plonger pour n’en plus ressortir.

Une ville. Une puis deux jeunes filles de bonne famille assassinées après avoir été droguées puis battues à mort. Les querelles jamais vraiment éteintes entre Noirs et Blancs. La violence, la drogue, le VIH. Voici très succinctement le point de départ de Zulu. Ne vous fiez pas au texte de quatrième de couverture qui simplifie trop ce qu’est réellement l’œuvre. Ouvrez la première page et accrochez vous !

Il est des livres qui sont comme des étapes. Des phares dans la mer de lecture dans laquelle on navigue. Zulu est de ceux-là. Il y a eu un avant et il y aura un après ! Impossible de sortir de cet univers comme ça. Juste en refermant la dernière page. On ressort tatoué, marqué au fer rouge. On se dit que ce livre est fort, trop fort pour en avoir saisi toutes les subtilités. Puis comme un bon vin que l’on a pris soin de carafer, ça se décante. Et enfin on peut essayer de mettre des mots sur ce qui vient de se passer. Puis on se précipite chez les potes pour leur laisser le bouquin. Pour qu’à leur tour, ils partent pour ce voyage incroyable et fassent partager le plus longtemps possible un livre magnifique. Noir, violent mais pas exempt de poésie. Comme quelques étoiles d’espoir dans une nuit terrible.

Caryl Férey est un auteur français majeur dans le polar de ces dernières années et sa place parmi les meilleurs est assurée pour longtemps ! Nous ne sommes qu’au mois de mai, mais pour moi c’est sûr, c’est le polar de l’année !

À lire absolument !

   


Vous avez aimé…


Quelques pistes à explorer, ou pas...

Haka et Utu sont de la même force ! Même s’ils sont liés (un des personnages apparaît dans les deux ouvrages), ils peuvent se lire de façon indépendante.
Plutôt Crever et La Jambe Gauche de Joe Strummer font intervenir Mc Cash le flic borgne. Leur univers est plus décalé, aussi noir mais moins dans la veine du thriller.
Pour les flics désabusés voir du côté de Pagan et Dessaint.
Pour l’œil avisé et incisif sur un pays et son histoire, Valerio Evangelisti porte ce regard sur les USA avec Nous ne Sommes Rien Soyons Tout, Giancarlo Cataldo sur l’Italie avec Romanzo Criminale.

À lire une très bonne (mais courte) interview de l’auteur dans le dernier du numéro de la revue PAGE.


Du même auteur…


Bibliographie non exhaustive... Seuls sont indiqués ici les ouvrages chroniqués sur le site.


Haka Plutôt Crever Utu Petit Éloge de l'Excès La Jambe Gauche de Joe Strummer Fond de Cale Mapuche

Choisissez votre syle :  noir  -  sepia  -  clair

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.  - Pour nous contacter : contact@polarnoir.fr